Mes coordonnées

Me contacter pour renseignement ou identification marc.bayard@reveils-bayard.com

(Aucune évaluation sur la valeur d'une pièce ne sera faite)

Actualités

Recherche toutes documentations permettant d'identifier et dater les pièces présentées.

- - - -

Recherche chrono-réveil d'Albert VILLON

Dernières mises à jour

2016 : Rajout de 74 modèles.

2017 : Rajout de 22 modèles.

2018 : Rajout de 64 modèles.

01/2019 : Rajout pièces au pages Divers / Catalogues / Publicité / Hors sujet. Modification page Historique. Rajout " Les pièges du Web " en page Acheter et Vendre

02/2019 :  Rajout 01 pendule - 04 pendulettes  - 01 réveil - 01 pièce VILLON - 01 boîte et 01 gousset. Rajout pièces page Hors sujet.

Historique

Fondateur : Albert Villon

Associés : Paul Duverdrey et Joseph Bloquel

 

 

  • 1867 : Albert Villon fonde son atelier d'horlogerie.
  • 1873 : Association avec Ernest DESSIAUX jusqu'en 1883.
  • 1885 : Association avec Paul Duverdrey et Joseph Bloquel.
  • 1er janvier 1886 : Création de la société à nom collectif "Albert Villon, Duverdrey et Bloquel" à Saint-Nicolas d'Aliermont (seine inférieure).
  • 15 octobre 1897 : Duverdrey et Bloquel rachétent l'usine de St Nicolas d'Aliermont. 
  • 1902 : Société à nom collectif "Duverdrey et Bloquel" suite au départ d'Albert Villon.
  • 1907 : Duverdrey et Bloquel créent l'appellation "Réveils Bayard".
  • 21 mai 1911 : Décès de Paul Duverdrey remplacé par son fils Robert Duverdrey.
  • 02 décembre 1916 : Société anonyme "Société des Anciens Etablissements Duverdrey et Bloquel".
  • 1922 : Décès de Joseph Bloquel remplacé par Louis Guilbert.
  • 1928 : Dépôt de la marque "Bayard" référence au personnage historique, le chevalier "sans peur et sans reproche".
  • 1930 : Fabrication du premier réveil-animé : Mickey Mouse.
  • 1935 : Installation des premières chaînes de montage pour réveils.
  • 04 septembre 1942 : Réquisition d'ouvriers de "Bayard" pour partir en Allemagne.
  • 26 septembre 1947 : Décès de Robert Duverdrey remplacé par Raphaël Hennion.
  • Mai 1950 : "Bayard" s'implante à Casablanca au Maroc.
  • Août 1955 : Création de la société "Famous" à Bonnières-sur-Seine pour la fabrication de réveils sous licence "Bayard".
  • Août 1959 : Edmond Forest devient le nouveau président directeur général.
  • 1961 : "Bayard" ferme son atelier au Maroc et en ouvre un nouveau à San-Sébastian en Espagne où les réveils sont vendus sous la marque O'Bayardo.
  • 14 décembre 1962 : "Société des Anciens Etablissements Duverdrey et Bloquel" devient "Société anonyme Réveils Bayard".
  • 1963 : Fin de la marque O'Bayardo.
  • Août 1964 : Fin de la société "Famous".
  • 1967 : La société Bayard fabrique 1 200 000 mouvements pas an.
  • Septembre 1978 : La marque "Jaeger" entreprise suisse du groupe MATRA de Jean Luc Lagardère devient majoritaire de la "Société des Réveils Bayard".
  • Mars 1980 : Edmond Forest est remplacé par Francis Amyot du Mesnil Gaillard.
  • Octobre 1980 : Alain Beaud cadre de "Jaeger" devient le nouveau directeur.
  • 24 janvier 1984 : Dépôt de bilan de la société "Bayard".
  • 17 avril 1984 : Création de la "Nouvelle Société des réveils Bayard".
  • 03 juin 1986 : Dépôt de bilan de la "Nouvelle Société des réveils Bayard".
  • 16 mars 1987 : Reprise de la société "Bayard" par la centrale d'horlogerie-bijouterie "Laval" avec 50 ouvriers.
  • Juin 1988 : Cessation d'activité.
  • du 27 février au 02 mars 1989 : Vente aux enchères publiques des matériels de la société "Bayard".
  • Octobre 1992 : Le site de l'usine "Bayard" à Saint-Nicolas d'Aliermont est reconnu contaminé par des matériaux radioactifs.
  • 2000 : Fin de décontamination du site. 
  • 2013 : Début de démolition.
  • 2015 : Création d'un espace paysager sur l'ancien site Bayard.

Quelques clichés photographiques des bâtiments en ruine de la société Bayard avant leur démolition.

 

Saint-Nicolas d'Aliermont

L'usine de Duverdrey et Bloquel fut l'une des plus importantes de SAINT NICOLAS D'ALIERMONT. car elle employait un grand nombre d'habitants de la région. Au plus fort de la production au cours des années 50 environ 4000 pièces sortaient chaque jour des chaines de montage et la société comptait un millier d'ouvriers.

Dans leurs ateliers neufs ou rénovés l'entreprise disposait de machines importées de Suisse ou fabriquées à SAINT NICOLAS D'ALIERMONT. Recherche de la perfection et amélioration du bien-être du personnel allaient  de pair et ces derniers avaient accés à des douches, laverie, réfectoire, épicerie, soins médicaux et même à un orchestre au sein même de l'entreprise. Il existait également un système de ramassage de bus pour amener les ouvriers au travail.

Lors de sa liquidation en 1989 l'usine BAYARD s'étendait sur 3,8 hectares dont 1,2 bâtis. Malheureusement tout au long de ses années d'existence la société a utilisé de la peinture luminescente à base de radium 226 puis de tritium. Aprés sa fermeture des études ont mis en évidence une pollution chimique et radiologique des sols.

Le site a donc été laissé à l'abandon pendant plus de 20 avant que la commune n'engage des démarches pour faite démolir et décontaminer les lieux. Dossier qui dura également une dizaine d'années avant d'être finalisé en 2012 pour un budget avoisinant 2 millions d'euros.

La démolition commença en 2013 et dura plus de 07 mois. Un portique fut même monté à la sortie du site pour contrôler la radioactivité des gravats. Actuellement un projet de parc paysager est à l'étude sur ces terres dorénavant saines.

 

La société des Réveils Bayard à Saint-Nicolas d'Aliermont dans les années 1970.

 

La société Spiero

Même si la société des Réveils Bayard n'exite plus, le nom BAYARD est toujours associé à l'horlogerie. En effet la marque à été rachetée par la société Spiero, entreprise alsacienne qui commercialise de nos jours des réveils, régulateurs et autres pendules. La renommée associée à ce nom lui permettant de vendre différents modèles.

 

Ces pièces ne sont cependant plus fabriquées en France. Cet élément est à prendre en compte lors de l'achat d'un réveil sur une brocante ou autre lieu de vente. En effet si la mention "Made in France" n'apparaît pas sur la pièce il est probable qu'il s'agisse d'un modèle Spiero.

 

Pour les différencier regardez bien le logo BAYARD dont la typographie est spécifique à ces modèles. Pour les plus curieux je détiens un catalogue de la marque présentant plusieurs pièces.

 

En cliquant sur l'image vous serez redirigé sur le site de la société SPIERO

Tous droits réservés